Close

Infolettre

L’évaluation évolutive facilite l’innovation

Par Ken Hoffman, membre de l’organisme One World Inc et mentor spécialisé en évaluation évolutive  

Nous sommes dans une période très intéressante parce que les gouvernements et les services sociaux réalisent aujourd’hui que les programmes conventionnels ne permettent plus forcément de répondre à des questions complexes comme l’itinérance et l’obésité infantile. Ils cherchent de nouveaux partenaires et des approches innovatrices pour explorer d’autres avenues, notamment en matière de financement. Ce type d’innovation nous oblige en revanche d’explorer des territoires parfois inconnus, puisque les outils conventionnels ne fonctionnent plus. C’est un peu comme être perdu dans une grande ville, avec une boussole, mais sans carte pour retrouver son chemin.

Les approches conventionnelles, l’évaluation de progrès et l’évaluation sommative, sont plutôt inutiles quand on ne comprend pas bien le problème et quand on n’a aucune idée des possibles. Les spécialistes de l’innovation sociale cherchent des approches qui permettent d’étudier en profondeur les enjeux complexes qui se présentent pour ensuite élaborer des solutions potentielles selon l’information recueillie. Michael Quinn Patton a créé l’évaluation évolutive pour ce genre de situation.

L’évaluation évolutive est une approche où l’on apprend tout au long de son cheminement plutôt que de se baser uniquement sur les notions de succès et d’échec. Cette approche s’adresse à tous les organismes ou groupes qui veulent approfondir leurs connaissances et innover. Il est important d’être ouvert d’esprit si l’on veut trouver de nouvelles perspectives, en plus d’essayer plusieurs approches pour trouver la bonne. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que l’échec peut être une belle occasion d’apprentissage.

Jamie Gamble a défini les trois principales étapes de l’évaluation évolutive. Tout d’abord, on doit remettre en perspective l’enjeu qui se présente. Les intervenants doivent préciser comment ils comprennent la question. Dans un même groupe, plusieurs personnes peuvent chacune avoir leur définition de la situation en question. Différentes perspectives permettent d’avoir une vision plus tridimensionnelle. Le groupe doit présenter clairement toutes ses hypothèses pour ensuite les étudier en profondeur. Les intervenants sont par la suite en mesure de définir leurs objectifs et les conditions nécessaires pour les atteindre. Cette étape se nomme la théorie du changement, qui est un exercice qui permet à toutes les parties concernées d’indiquer leur vision de l’enjeu, ce qui permet d’établir collectivement une intervention ciblée.

Les intervenants doivent ensuite tester les solutions potentielles qui se présentent, de préférence à petite échelle pour tirer le maximum de profit du processus. L’évaluation évolutive est un processus où l’on apprend au fur et à mesure pour s’améliorer.

Enfin, on doit suivre l’évolution du processus d’innovation. De nombreux imprévus risquent de se présenter, d’où l’importance de tester ses hypothèses au fur et à mesure. L’évaluation évolutive permet également de mieux comprendre les enjeux concernés et définissant clairement pourquoi certaines décisions ont été prises à différentes étapes du processus. Cette information est particulièrement utile pour innover dans un nouveau domaine.

Voici quelques exemples où l’évaluation évolutive est un processus utile :

  • L’agence de services sociaux Eva’s Initiatives, qui travaille auprès de jeunes sans abri de Toronto a mis en place une initiative de mobilisation pour inviter les communautés à développer leurs propres stratégies pour surmonter l’itinérance chez les jeunes. Au Canada, peu de communautés sont dotées des compétences pour réellement résoudre le problème. Les responsables de cette initiative ont choisi de regrouper un petit nombre de communautés, puis de faire appel à un « coach » pour les aider à trouver l’expertise et le financement nécessaire. Les communautés ont également appris mutuellement au cours du processus en plus d’approfondir leurs compétences. Grâce à l’évaluation évolutive, l’agence a créé sa propre théorie du changement et elle s’est penchée sur l’expérience des participants pour déterminer l’efficacité du modèle.
  • L’obésité et le manque d’activité physique chez les jeunes posent un problème de santé majeur. PHE Canada est une organisation nationale fondée sur l’affiliation des membres qui travaille conjointement avec des professeurs d’éducation physique pour promouvoir la santé en milieu scolaire. Leur programme aide les établissements d’enseignement à transformer leur culture pour que la santé figure au cœur de toutes leurs activités. Ils ont créé un mouvement social fondé sur l’évaluation évolutive pour diffuser les initiatives de santé qui sont entreprises par les écoles canadiennes.

Dans les deux cas, l’évaluation évolutive est un outil qui permet aux organismes comme ceux-ci d’élaborer, tester et adopter de nouvelles approches pour surmonter des défis complexes qui se présentent.